Rire nerveux en psychologie : Que cela signifie ?

Au cours d’une dispute animée, d’une minute de silence  même lors d’un enterrement : avez-vous déjà vu des gens soudainement se mettre à rire dans des situations durant lesquelles ils ne devraient pas ? Peut-être avez-vous déjà remarqué en vous-même que vous devez sourire ou rire aux éclats au moment le plus inopportun. Mais qu’est-ce que ça veut dire? Il existe maintenant de nombreuses études psychologiques et neurologiques qui prouvent que ce comportement est tout à fait normal et peut avoir diverses raisons psychologiques.

Équilibre émotionnel et mécanisme de défense

Le rire nerveux dans des situations tristes, douloureuses ou traumatisantes pourrait représenter une sorte de pôle opposé afin d’équilibrer les émotions négatives. C’est donc une sorte de mécanisme de défense pour mieux faire face au chagrin, à la douleur ou à la colère. Parce que le cerveau ne veut rien d’autre : Il veut créer des moments de bien-être et réduire le stress. Le rire y contribue aussi, ou même surtout dans des moments inappropriés. Les situations dans lesquelles il serait inapproprié de rire sont précisément un déclencheur de ce comportement. Briser une norme sociale est une sorte de stimulus spécial pour le cerveau. 

Si, par exemple, un invité se comporte mal lors d’une dévotion silencieuse à l’église, vous devrez peut-être réprimer un éclat de rire, comme si quelqu’un agissait simplement de manière étrange dans la rue en public. Le rire nerveux dans des situations désagréables et (émotionnellement) douloureuses pourrait également provenir du fait que nous voulons nous assurer que ce que nous vivons n’est pas si mal après tout. Et cela, à son tour, est lié au mécanisme de défense du cerveau pour éviter le stress et l’anxiété. Soit dit en passant : rire à des moments inappropriés peut aussi être le signe de maladies ayant des effets neurologiques. Un traumatisme psychologique peut également être à l’origine d’une telle « inconduite ». En règle générale, cependant, ce sont les causes mentionnées, moins graves, qui vous font rire dans les mauvaises situations.

Comment éviter les fous rires inappropriés ?

Alors que faire si vous vous surprenez à réagir de manière inappropriée, amusée et agaçante pour les autres ? Vous devriez essayer de contrer la nervosité et le stress sous-jacents en utilisant d’autres moyens que le rire pour créer un équilibre émotionnel. Par exemple, le yoga (il y a même le yoga du rire !), la méditation et les exercices de respiration que vous pouvez utiliser pour vous calmer pourraient vous aider. D’autres passe-temps et activités plus efficaces peuvent également aider à stabiliser vos émotions. Par exemple, faites du jogging pour réduire le stress? Si vous soupçonnez qu’il y a des problèmes psychologiques ou neurologiques majeurs derrière cela, vous pouvez bien sûr également consulter un médecin.

Types de rire

Comme nous l’avons vu, il existe de nombreuses situations qui invitent à rire, même si le rire ne semble pas être la réaction à laquelle on s’attend en priorité. Définir les types de rire est un peu compliqué puisqu’on peut adhérer à différents critères comme son intensité, qu’il soit authentique ou, au contraire, simulé… Cependant, voici les rires les plus courants :

Rire authentique . C’est le type de rire que nous connaissons tous. C’est le rire spontané qui vient de l’expression d’une émotion heureuse momentanée. Elle est généralement associée à des états de bien-être .

Rire “idiot” . Comme c’est gênant et drôle de rire sans savoir exactement pourquoi. Ce que l’on appelle communément « le rire idiot », qui peut parfois faire référence au rire nerveux que nous avons évoqué plus haut, mais il peut aussi être confondu avec un autre type de rire, à caractère social, appelé « rire contagieux ». ” « Ce phénomène se produit, en partie, grâce aux neurones miroirs, qui nous aident à simuler ce que ressent l’autre, combien même nous ne le ressentons pas nous-même dans l’unique objectif de susciter l’identification et donc de faciliter l’interaction sociale. C’est la raison pour laquelle, lorsque nous entendons un rire, notre première réaction est de sourire et si ce rire continue, nous finirons probablement par rire nous-mêmes.

Rire simulé ou social . Contrairement au précédent, ce type de rire se produit « de manière volontaire ». Les experts en psychologie disent que ce rire est déclenché lorsqu’on veut faire passer un message communicatif. Ce geste et peut avoir divers objectifs : revendiquer son appartenance à un groupe, renforcer les relations, exprimer son approbation ou son appréciation envers quelque chose ou quelqu’un, etc.

Rire dévalorisant . Au même titre que le rire simulé, ce type de rire a aussi une connotation sociale. Cependant, “sa fonction vise à ridiculiser quelqu’un”.

Rire nerveux. Bien que ce type de rire soit généralement authentique, “il n’est pas toujours associé à un élément humoristique”, mais correspond plutôt “au besoin de faire face à un état émotionnel anxieux” réagissant avec lui comme un mécanisme de défense ou de régulation.

Rire pathologique . “Il existe certaines pathologies neurologiques qui peuvent survenir avec des rires soudains, déplacés ou sans raison apparente en raison d’un dérèglement ou d’une atteinte du système nerveux”, explique le psychologue.

Rire causé par la consommation de substances . Certaines substances et certains médicaments peuvent induire certains états de désinhibition provoquant des épisodes d’euphorie, de transe ou encore des hallucinations qui donnent lieu à ce phénomène.

Rires provoqués par des stimuli physiologiques . La stimulation agréable de certaines zones sensibles de notre corps comme les aisselles, les pieds, le cou ou les côtes, communément appelée chatouillement, peut générer une réaction involontaire très similaire au rire spontané, seulement que ce dernier est produit mécaniquement est est vécu comme une expérience désagréable par celui qui le vit.

error: Contenu protegé
Partagez
Épinglez
Tweetez