Remède de grand mère contre la sorcellerie

Beaucoup de nos plantes médicinales ont aujourd’hui un passé intéressant. Au Moyen Âge et à la Renaissance, la plupart des gens étaient convaincus de l’existence physique du diable et de ses “collaborateurs”, les sorciers et sorcières. En conséquence, les gens avaient peur du pouvoir du mal. On a donc essayé de se protéger des influences diaboliques et de la magie des sorcières avec certaines plantes avec des remèdes de grand-mère. 

Ensorceler ou enchanter les gens d’une manière préjudiciable avec des mots ou des regards était autrefois appelé « appel » ou « crier sur ». En conséquence, certaines plantes ont été utilisées par le passé comme « herbes professionnelles » dans des remèdes de grand-mère afin de se défendre contre les forces du mal. L’église mettait en garde en permanence les croyants contre les manigances démoniaques du diable ainsi que des sorciers et les sorciers qui essayaient constamment de nuire aux gens : catastrophes naturelles, morts de bétail, maladies, naissances anormales, stérilité, impuissance, mauvaises récoltes, famines, crimes inexpliqués, etc. Ces basses œuvres étaient vendues comme étant la volonté du mal seul. Les “murmures” étaient donc souvent utilisés pour rendre les maléfices inefficaces.

Particulièrement polyvalent – ail et valériane !

En raison de sa forte odeur, l’ail était une plante populaire pour éloigner le mal. À l’époque, les gens étaient convaincus que si vous transportez des morceaux d’ail avec vous, les mauvais esprits ne peuvent pas vous faire de mal. Les enfants recevaient une amulette à l’ail et les marins l’emportaient toujours avec eux dans un sac.

La grossesse et l’accouchement étaient particulièrement vulnérables aux mauvais sorts. Par conséquent, l’ail et le persil ont été placés dans un sac en lin et attachés sous la toile de lin sur laquelle la femme était allongée. Cela la rendait immunisée contre la sorcellerie. La valériane tirait son pouvoir de son odeur désagréable. Avec elle, ont brûlait le diable et les sorcières. Si le lait de la ferme ne voulait pas se transformer en beurre, la fermière tressait une couronne de valériane et y versait le lait « ensorcelé ». Dans certaines régions, un paquet de valériane était suspendu au plafond avec de la ficelle. Si une personne entrait dans la pièce et que la valériane bougeait, c’était certainement une sorcière ou un sorcier.

Moyens de chasser le diable

Satan, à l’origine de tout mal, était particulièrement craint des hommes. C’est pourquoi de nombreuses plantes avaient la réputation de conjurer le diable. Lorsque l’incarné a voulu kidnapper une jeune fille – selon la légende – elle dressait une armure confectionnée avec des branches de la plante Allermann (Allium victorialis) face au maléfique. Alors le diable s’en allait en disant : “Toute l’armure de l’homme, mauvaise herbe, tu m’as volé ma fiancée.” Le médecin et botaniste Adam Lonicerus (1528 – 1586) recommandait l’angélique (Angelica archangelica) dans son célèbre livre d’herbes : « Laquelle Angelicam est exempte de magie dans la nourriture. Mais dans la potion son pouvoir est d’expulser le poison. Angelicam porté par lui-même est loué contre la magie et autres manifestations de Lucifer. “

Le millepertuis (Hypericum perforatum) était particulièrement détesté par Satan. C’est pourquoi il y avait des noms tels que B. Devil Banner ou Devil’s Flight pour cette plante. Le pharmacien Johann Georg Schmidt (1660 – 1722), qui travailla à Dresde et à Zwickau, est l’auteur de la «Chemnitz Rock Philosophy», publiée pour la première fois en 1705. Dans ce recueil de vues superstitieuses, Schmidt confirme l’effet anti-démonique du millepertuis : « Le millepertuis sacré est d’un si grand pouvoir pour chasser le diable et les sorcières. Les feuilles de cette plante semblent avoir été percées avec des aiguilles.” Quand on le regarde, les feuilles du millepertuis apparaissent pointillées. Cet effet est causé par les glandes sébacées translucides contenues dans les feuilles. La colère du Belzébuth contre le millepertuis explique un vieux conte populaire de la Sarre : Le diable affamé d’amour a une fois persécuté une fille. Dans son besoin, la jeune fille traquée s’est assise sur un millepertuis à la lisière de la forêt et Satan ne pouvait donc pas lui faire de mal. Le prince déçu de l’Enfer était furieux et a donc percé les feuilles du millepertuis avec des piqûres d’épingle.

Si le bétail était ensorcelé !

Ses animaux étaient le bien le plus précieux du fermier : ils lui fournissaient de la viande, des peaux et du lait, ou il pouvait les vendre pour subvenir à ses besoins. Si le bétail tombait malade, si les vaches cessaient de donner du lait, c’était un grand malheur. Ici, seuls les sorciers et les sorcières pouvaient prendre part au jeu. La possession de la mandragore racine miracle (Mandragora officinalis) était considérée comme une protection sûre contre l’envoûtement du bétail. Le même effet était attendu de la véronique (Veronica officinalis). Il était largement admis que les sorcières pouvaient utiliser leurs pouvoirs magiques pour traire les vaches à distance. Pour éviter cela, les gens faisaient des croix avec de l’ail sur les portes et les fenêtres le jour de la Saint-André (30 novembre). Des animaux déjà ensorcelés frappaient les fermiers avec des tiges faites de branches de tilleul pour rendre la magie inefficace. La petite sélection de remède de grand-mère anti sorcellerie ici montre à quel point la superstition faisait partie intégrante de la vie quotidienne des gens.

error: Contenu protegé
Partagez
Épinglez
Tweetez