Comment faire pousser du gazon plus rapidement?

Voici les astuces simples à connaitre pour faire pousser votre pelouse plus facilement et plus rapidement. Recouvrez des pans entiers de votre jardin d’un gazon foisonnant et dense avec ces astuces de pros.

Le gazon est par excellence l’espèce phare de tous les jardins de la planète. Ce qui est recherché par son utilisation massive, ce n’est pas lui-même, mais la verdure constante sur toute l’année qu’il donne aux surfaces. Il présente également la propriété de s’entretenir facilement et d’être résistant aux changements de température. Le gazon peut dans certaines circonstances être considéré comme une mauvaise herbe, ou encore une plante fourragère dont la valeur nutritive est appréciée, bien que son rendement soit plus que moyen. Le gazon en tant que tel n’existe pas. Il s’agit d’un nom vernaculaire renvoyant à quelque dix variétés de graminées inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés. Ces espèces sont issues de sélections rigoureuses pratiquées par 9 entreprises à travers la planète. Plus de 190 espèces de ce que l’on pourrait appeler gazon sont inscrites au catalogue européen.  

Le Pâturin des prés, la variété la plus commune

Rares sont celles de ces espèces que l’on retrouve à l’état sauvage puisqu’elles sont issues de sélections. Le pâturin des prés est la variété de pâturin la plus utilisée pour faire des pelouses. D’un vert profond, la plante se reproduit par rhizome transversal, et crée donc sous la pelouse un véritable réseau de ces rhizomes qui lui permettent aussi de renforcer son accroche au sol. Il présente l’avantage d’avoir une bonne résistance au piétinement. 

La première étape de l’entretien de la pelouse, la scarification

Le gazon forme un réseau dense et enchevêtré de rhizomes s’étendant de quelques millimètres à quelques centimètres de profondeur et permettant, en plus de nourrir les plantes, de les maintenir dans une cohésion et de les garder solidement ancrées au sol. L’inconvénient est que la densité et la vigueur du réseau de rhizomes, ne conditionne pas forcément celle du feuillage, qui est le principal intéressé dans la démarche d’installation d’une pelouse. On peut alors facilement se retrouver avec un réseau très compact, tellement d’ailleurs qu’il lui devient impossible de s’étendre plus transversalement, et en surface une pelouse éparse et de mauvaise mine. Il est donc nécessaire ici, lorsque le réseau de rhizomes arrive à saturation de le sectionner sur plusieurs de ses longueurs pour faire de la place à la genèse d’un nouveau réseau, cette fois pourvoyeur de brindilles bien grasses, vertes et denses. Il s’agit de l’opération de scarification de la pelouse.

Elle s’effectue à l’aide d’un dispositif avec des lames disposées à la manière des brins d’un peigne et qui s’utilise comme on utiliserait une charrue pour labourer. Les lames coupent des tronçons de rhizomes au fur et à mesure que le jardinier traîne l’appareil, et par là font de la place à la naissance de nouveaux brins. La meilleure période pour procéder à une scarification en règle s’étend de février à avril, et de septembre à novembre. 

Le désherbage

Les mauvaises herbes ne sont que des herbes naturelles au même titre que votre pelouse. Si elles sont nommées mauvaises, ce n’est que parce qu’elles se trouvent au mauvais endroit, au mauvais moment. Cet élément est essentiel pour rester dans le cadre du respect de la nature. Sachez que votre gazon lui-même, s’il se retrouve là où il est le malvenue, il sera considéré comme une mauvaise herbe. Il s’agit donc de relativiser et de ne pas opter immédiatement pour les solutions radicales. La multiplication de telles herbes présente un triple inconvénient. Le premier est esthétique. Alors que l’on attend d’une pelouse qu’elle soit impeccablement uniforme, ces herbes viennent donner une silhouette chaotique à la surface de votre pelouse. La seconde est d’ordre nutritif, puisque plus il y a d’herbes indésirables, moins les nutriments du sol seront pour votre pelouse. Ce qui implique à terme le troisième inconvénient, l’inconvénient sanitaire. Votre pelouse affaiblie est plus exposée à tous types de maladies et d’infections, qui peuvent très bien d’ailleurs être favorisées par la simple présence de certaines espèces d’herbes indésirables, représentant un terrain favorable au développement de ces infections, qui viendront indirectement contaminer votre pelouse. Le désherbage est donc une étape indispensable à la préservation de la santé et de l’aspect de votre pelouse. La période idéale de désherbage se superpose à celle de la scarification. 

Enrichir le sol 

Le sol peut facilement s’appauvrir en nutriments s’il est intensément sollicité. Ce qui est le cas lorsque la pelouse atteint un certain niveau de densité. Il est donc essentiel de lui apporter un soutien en complétant le cycle naturel par l’apport de nutriments supplémentaires par le vecteur d’un terreau. Le terreau nourrit la pelouse et lui permet de conserver sa vigueur en toute circonstance. Il est également intéressant, sans que cela ne soit un réflexe systématique de compléter les apports à la pelouse avec des engrais. Mais il faut faire attention, les engrais profitent également à tout un tas d’autres espèces qui n’hésiteront pas à venir s’installer pour profiter de la manne ce qui aboutira à la dégradation de l’esthétique du rendu final de votre pelouse. Au même titre que le turbo, dans le domaine de la mécanique par exemple, l’engrais est une option à laquelle il faut recourir avec mesure.

L’arrosage

Trivial, me direz-vous. Le fait d’arroser oui, mais la manière de le faire c’est autre chose. Il est très important de ne pas arroser votre pelouse durant une journée ensoleillée. Les gouttes d’eau qui se déposent sur les brindilles agissent comme des lentilles qui concentrent la lumière sur ces dernières et à terme leurs provoquent de graves brûlures qui affaiblissent la plante et ouvrent grand la porte à toute sorte de complications.

Fermer

Copiez collez ce code pour afficher l image sur votre site

error: Contenu protegé