9 Choses effrayantes que personne n’ose vous dire sur l’accouchement

L’Histoire de l’accouchement est assez effrayante quand on y regarde de plus près, il faut savoir que pendant des siècles, les femmes enceintes ne savaient même pas si elles survivraient ou non à leur accouchement. Le confort moderne et les découvertes scientifiques ont permis de rendre ce moment beaucoup plus sûr et beaucoup moins douloureux pour les femmes.

Mais histoire de savoir à quel point on a de la chance d’être née à cette époque, on va vous raconter un peu comment ça se passait avant quand on attendait un bébé. Et c’est pas joli à voir on vous le dit tout de suite :

1. Les femmes enceintes et leurs sages femmes se bourraient la gueule pendant l’accouchement 

Il faut vous imaginer qu’au Moyen-Age tout ce qui est médicament n’est pas très accessible à tous, il existe des méthodes pour atténuer les douleurs mais déjà c’est interdit car c’est vu comme “magie noire” mais en plus pour s’en procurer c’est cher et assez compliqué. Alors pour lutter contre la douleur les femmes buvaient énormément de bière et accouchaient en étant totalement bourrées. En plus, les sages femmes buvaient aussi car sachez que ce moment était pour elles hyper stressant car si le bébé était mort-né là elles étaient bonnes pour se faire brûler vives !

2. Les femmes enceintes étaient brûlées vives si elles prenaient des anti-douleurs pour accoucher 

Et on continue sur le sujet du bûcher, car oui si les femmes avaient le malheur d’utiliser des anti-douleurs pendant l’accouchement, elles étaient immédiatement brûlées vives ! Il existait des sortes de plantes qui calmaient la douleur mais leur usage était formellement interdit par peur que cela puisse causer des effets secondaires sur le bébé (parce que la bière c’est mieux quoi !).

3. Le premier livre de médecine sur l’accouchement a été écrit par un homme qui n’avait jamais vu d’accouchement 

The Rose Garden for Pregnant Women and Midwives c’est le premier livre sur l’accouchement qui est sorti en 1513. Il a été écrit par le Dr Eucharius Rösslin. Le gros problème c’est cet homme n’était qu’un statisticien qui en savait tellement peu sur la grossesse qu’il donnait des conseils carrément dingues. Il conseillait aux femmes, dans le cas d’un enfant mort-né, de retirer le foetus avec de la bouse et de la bile de vache. Il pensait même que le foetus était une sorte d’adulte flottant dans l’utérus. Et pourtant ce livre a été acheté, lu et suivi à la lettre pendant plus de 200 ans.

4. Les femmes enceintes portaient toujours des corsets très serrés même pendant la grossesse 

Vu que les vêtements de grossesse et les sous-vêtements de grossesse n’existait pas encore, les femmes portaient les mêmes choses que d’habitude et les mêmes corsets. Cela causait bien sûr des douleurs carrément atroces.

5. Les tronçonneuses étaient utilisées pendant les accouchements

A la base, les tronçonneuses ont été inventées pour réaliser des symphysiotomies qui étaient en gros les ancêtres des césariennes. On élargissait l’os pelvien pendant la grossesse pour laisser passer le bébé. On vous laisse imaginer la douleur vu que là il n’y a pas d’anesthésie hein !

6. Les femmes enceintes partagées parfois le même lit à 3 ou 5 pendant leur accouchement 

Les maternités n’étaient pas très bien équipées en matière de matériel médical, du coup les femmes devaient partager les lits pour leur accouchement. C’était un vrai désastre sanitaire car la plupart des femmes décédaient pendant l’accouchement et les autres devaient rester à côté du cadavre pendant qu’elles accouchaient à leur tour.

7. On conseillait aux femmes d’apaiser leurs douleurs avec des sangsues après l’accouchement 

“S’il y a un fort gonflement, un cataplasme émollient de pain et de lait, ou de farine de lin, peut être appliqué, et fréquemment renouvelé. S’il y a une forte sensation de gêne, avec de la chaleur et une douleur pulsatile, des sangsues peuvent être nécessaires.” Voilà ce qu’un docteur conseillait aux femmes pour les “soulager” ! Dingue quand même !

8. Les docteurs exerçaient une pression très forte sur le vagin pour aider à faire sortir le bébé 

“Durant les premières étapes, une pression est effectuée avec les doigts sur les filaments terminaux des nerfs sympathiques dans et autour du clitoris. L’index et le majeur sont placés de chaque côté de cet organe et, avec fermeté, une pression modérée est appliquée contre l’os, en direction du haut, vers l’abdomen; ceci est fait par le physicien présent, l’infirmière ou par la femme elle-même. Un résultat réflexe devrait se produire, avec lequel la contraction de l’utérus suivra; son ouverture se dilate, des douleurs normales de propulsion s’ensuivent, et le travail se poursuit naturellement, toutes les douleurs inutiles cessent.”

Et encore un extrait de livre écrit par des hommes qui pensaient s’y connaître en matière d’accouchement. Comme si appuyer comme un dingue sur le clitoris pouvait aider à faire sortir le bébé plus vite ou pouvait apaiser les douleurs. Non mais si on appuie nous fortement sur son appareil génital à ce monsieur il croit que ça va apaiser ses douleurs ?

9. Les césariennes étaient uniquement effectuées sur des femmes mourantes à cause de l’accouchement 

On pratiquait une césarienne uniquement pour récupérer le bébé si la femme était morte pendant l’accouchement. SYMPA !

Et vous ? Que pensez-vous de cette Histoire de l’accouchement ? Réagissez en laissant un commentaire !

error: Contenu protegé
Partagez
Enregistrer
Tweetez